AFRIQUE Politique

SUD QUOTIDIEN : SÉNÉGAL LE COMPTE A REBOURS

Ecrit par Albert BOURGI, SUD QUOTIDIEN, 28 juin 2011 :   http://www.sudonline.sn/le-compte-a-rebours_a_3522.html

Morceaux choisis : «…Les émeutes ont repris le 27 juin après le retrait de la loi modifiant les règles de l’élection présidentielle. L’opposition et la société civile, réunies au sein du Mouvement du 23 juin, demandent désormais le départ du président sénégalais Abdoulaye WADE…»

Juillet 2011 – Inondations récurrentes à Lomé : les habitants une nouvelle fois les pieds dans l’eau, Faure GNASSINGBE fait croire à l’Union européenne qu’il répare les routes !

FF : AFRIQUE : REVOLTES…A QUAND LE TOGO ? Qui aurait pu prévoir qu’Abdoulaye WADE reculerait précipitamment devant la colère de la rue sénégalaise ? Et de manière radicale puisqu’il a été contraint de retirer définitivement le projet de révision constitutionnelle décrié par l’ensemble de la classe politique. Mais apparemment ce geste a été insuffisant puisque  le Mouvement du 23 juin semble vouloir pousser l’avantage jusqu’à obtenir le départ de celui qui voulait instaurer une sorte de « monarchie républicaine ». En observant de près l’évolution des mouvements de contestation on s’aperçoit que les griefs des populations sont toujours les mêmes et sont provoqués par des pratiques de gouvernance qui piétinent les intérêts de la nation, au profit des seuls intérêts d’une minorité autour d’un clan familial. Finalement, du Caire à Dakar, de Rabat à Bujumbura, de Tunis à Lomé via Ouagadougou, à quelques exceptions près, les nations  africaines souffrent toutes des mêmes maux politiques.

Togo C.V.J.Réconciliation

Le CORRECTEUR – TOGOCITY : MISSION IMPOSSIBLE DE LA CVJR EN EUROPE ET EN AMERIQUE. EN DEPIT DE L’ECHEC PATENT, MGR BARRIGAH S’ACCROCHE AUX PERDIEMS D’UNE COMMISSION DECOR

Ecrit par Kokou AGBEMEBIO, Le CORRECTEUR n° 262, publié par TOGOCITY.com, 25 juin 2011 : http://www.togocity.com/spip.php?article6567

Morceaux choisis : «…Au Canada le dimanche 19 juin dernier par exemple, Mgr BARRIGAH et sa suite ont entretenu les Togolais de la Diaspora sur la genèse, le mandat de la CVJR et l’historique du processus de réconciliation au Togo. Les Togolais vivant au Canada auraient cherché à mieux comprendre les enjeux de la mission de la CVJR, la responsabilité et la crédibilité de ses membres…»

FF : TOGO : LA CVJR S’EGARE DANS LES MEANDRES DE LA FOI ! La tournée européenne et américaine de la CVJR semble ressembler à un fiasco retentissant. Elle aura permis à la délégation conduite par son président Monseigneur Nicodème BARRIGAH de voir du pays, mais malheureusement semble-t-il pas de recueillir les témoignages qu’elle était, parait-il, venue chercher au sein de la diaspora togolaise. Pour les compatriotes de la diaspora, qui suivent au jour le jour l’actualité du pays, il est difficile d’entendre le discours du prélat qui vient leur prêcher la réconciliation entre les fils et filles du Togo, pendant qu’au même moment dans les rues Lomé, Faure GNASSINGBE et son gouvernement RPT/AGO font tabasser presque chaque jour les manifestants par les forces de l’ordre.  Sur cet aspect précis et sans grande surprise Mgr BARRIGAH, reste bien sur muet. N’ayant donc pas grand-chose de sérieux à proposer il parait même qu’au Canada le 19 juin, Mgr BARRIGAH et sa suite ont entretenu les Togolais de la Diaspora de la Genèse, le premier chapitre de l’Ancien testament. Mgr BARRIGAH semble s’égarer dans les méandres des commentaires bibliques…à moins qu’il n’ait voulu parler de la genèse de l’alternance politique !

TOGO ECONOMIE

XINHUA – AFRIQUINFOS : LA ZONE FRANCHE TOGOLAISE D’EXPORTATION DESORMAIS SOUS UN STATUT REVISITE

Ecrit par XINHUA, publié par AFRIQUINFOS, 23 juin 2011 : http://www.afriquinfos.com/articles/2011/6/23/togo-180829.asp

Morceaux choisis : «…Les conditions de travail jugées très difficiles et les rémunérations moins attractives, l’emploi selon le nouveau statut sera conforme aux dispositions du Code du travail afin d’encourager l’embauche dans cette plate-forme industrielle. Ceci intervient pendant que le Togo fait face à un taux cumulé de chômage et de sous-emploi estimé à près 33,6%…»

FF : TOGO : LE TERRAIN EST FAVORABLE POUR DEPASSER L’INDIGNATION ET LA GROGNE SOCIALE…! Les nombreux mouvements revendicatifs en cours pourraient indiquer que la grogne sociale s’installe durablement au Togo. En six ans de gouvernance de Faure GNASSINGBE, hier RPT, aujourd’hui RPT/AGO, on n’enregistre aucune amélioration de la condition sociale des populations. Non seulement les indicateurs économiques et sociaux restent désespérément au rouge, mais l’évolution des chiffres témoigne d’une aggravation de la pauvreté qui atteint les limites de l’insupportable. Comment un pays qui aujourd’hui compte un tiers de sa population active en situation de chômage ou de sous-emploi, peut-il s’engager dans la voie du progrès économique et social sans un véritable électrochoc économique, social et politique ? La coordination des mouvements de contestation doit dépasser le cadre politique pour élargir son assise. Tous les partis qui veulent vraiment changer en profondeur la société togolaise, en récusant toute réforme à la marge qui n’aurait pour but que d’apaiser la colère populaire, ont aujourd’hui un devoir de soutien inconditionnel à la mise en place d’une coordination des mouvements sociaux. Ce n’est pas de la récupération politique, c’est une mesure de salut national…!

Togo Enseignement-Université

LIBERTE : LES ETUDIANTS MANIPULES PAR L’OPPOSITION ?

Ecrit par Alain SIMOUBA, LIBERTE HEBDO, publié par TOGOSITE, 29 juin 2011 : http://www.togosite.com/?q=node/1323 Morceaux choisis : «…Depuis que les mouvements de contestation ont vu le jour sur le campus de l’Université de Lomé, quelle n’est pas notre surprise d’entendre les hommes au pouvoir ou de voir des organes de presse proches du pouvoir déclarer ou écrire tout gaillardement que les étudiants sont manipulés par des partis de l’opposition ! C’est la preuve irréfutable que les autorités sont finies et qu’elles n’ont plus d’arguments à faire valoir… »

FF : TOGO : SOUTIEN DES FORCES POLITIQUES AUX ETUDIANTS, ENFIN UNE PERSPECTIVE DE LUTTE UNITAIRE… ! Certains ont mis du temps, mais semblent avoir compris qu’il valait mieux parfois prendre les trains en marche que de rester à se croiser les doigts sur le quai de la gare. Ainsi bien après le FRAC, qui depuis le début des mouvements sociaux leur a exprimé son soutien tous les samedis dans ses marches, le CAR, CDPA, OBUTS, entre autres, ont exprimé publiquement leur soutien aux étudiants. Il n’en fallait pas plus pour que le pouvoir RPT/AGO via son griot officiel republicoftogo.com ne crie au scandale en dénonçant la récupération politique. C’est l’arroseur qui se plaint d’être arrosé, car finalement à qui doit-on imputer la surchauffe sociale en cours au Togo, sinon à la gouvernance politique RPT/AGO ? Quoiqu’en pense le tandem au pouvoir c’est un bon début. Mais pour renforcer l’efficacité et la portée des mouvements revendicatifs, ceux qui viennent d’exprimer publiquement leur soutien devraient franchir un pas supplémentaire en rejoignant très rapidement ceux qui marchent et manifestent sans relâche depuis plus d’un an…Aujourd’hui écrire c’est bien, se rassembler pour manifester unis c’est mieux… !

REPUBLICOFTOGO : SEÏBOU ADDOU : « LE TIR EST RECTIFIE »

Publié par REPUBLICOFTOGO.com, 1er juillet 2011 : http://www.republicoftogo.com/Toutes-les-rubriques/Education/Sebou-Addou-Le-tir-est-rectifie

Morceaux choisis : «…Le président du Mouvement pour l’épanouissement de l’étudiant togolais (MEET), Sébou ADOU (photo), a annoncé vendredi qu’il «prenait acte » de l’annulation de son renvoi de l’Université de Lomé. « Le tir est rectifié », a-t-il dit… »

FF : TOGO : LE TIR EST RECTIFIE MAIS LES REVENDICATIONS PAS ENCORE SATISFAITES ! Le très officiel griot RPT/AGO republicoftogo.com s’est empressé de saluer comme un exemple du « dialogue » gouvernemental la réintégration du leader du MEET Seïbou ADDOU qui avait écopé de six ans d’exclusion de l’université de Lomé. Rien que ça ! Mais le griot republicoftogo.com, porte-parole « officieux » du  gouvernement RPT/AGO, oublie de dire bien entendu que les problèmes de mise en œuvre du système de notation LMD contesté par les étudiants, celui des bourses ou des moyens financiers alloués à l’Université ne sont toujours pas satisfaites ! L’annulation de la décision inique qui avait frappé Seïbou ADDOU rétablit une injustice flagrante mais ne règle en rien les problèmes de fond qui motivent la mobilisation des étudiants ! Chez republicoftogo.com c’est désinformation quand tu nous tiens… !

TOGOCITY : LE CAR DEMANDE LA REINTEGRATION IMMEDIATE DE M. SEBOU ADOU A L’UNIVERSITE DE LOME

Ecrit par le COMITE D’ACTION POUR LE RENOUVEAU (CAR), publié par TOGOCITY, 23 juin 2011 : http://www.togocity.com/spip.php?article6562

Morceaux choisis : «…Le CAR demande la réintégration immédiate de M. Sébou ADOU à l’Université de Lomé et la reprise des discussions entamées le 27 mai 2011 entre le pouvoir et le Mouvement pour l’Epanouissement de l’Etudiant Togolais (MEET). Le CAR demande la signature immédiate du protocole d’accord intervenu entre le gouvernement et le Syndicat des agents de santé SYNPHOT…»

FF : TOGO : MOTIFS RECURRENTS DE GROGNESOCIALE.  AU DELA DE LA SOLIDARITE ACCENTUER LA LUTTE ! Les mouvements sociaux en cours sont finalement pleins d’enseignement. Les luttes politiques et sociales génèrent une force centrifuge qui semble  agréger lentement des forces qui jusqu’ici s’étaient réfugiées dans l’observation et l’attentisme et réagi séparément. C’est un bon début certes mais il faut aujourd’hui passer à une étape supérieure pour mobiliser encore plus massivement. Il y a au moins deux raisons pour cela !

Première raison : l’état réel du Togo !

En 2008, au cours d’un conseil des ministres décentralisé tenu dans la localité de Nangbéto, le ministre togolais de l’économie et des finances reconnaissait dans un « document révisé de stratégie intérimaire de réduction de la pauvreté au Togo » que 61,7 % des Togolais sont pauvres sur une population estimée à plus de cinq millions d’habitants. Ce document précisait que 24 % des personnes vivant à Lomé sont pauvres, 69,4 % dans la région maritime, 56,2 % dans la région des plateaux, 77,7 % dans la région centrale, 75 % dans la région de la Kara et 90,5 % dans région des Savanes. Tout le monde sait qu’officiellement c’est aujourd’hui un peu plus de 71% de la population togolaise qui vit en dessous du seuil de la pauvreté, c’est-à-dire avec moins d’un dollar par jour. La croissance de la pauvreté est donc exponentielle au Togo sous la gouvernance RPT/AGO de Faure GNASSINGBE. En plus de la pauvreté la Banque Mondiale considère que plus de 43 % de la population du Togo demeure analphabète. Le taux d’alphabétisation pour l’ensemble du pays est de 56,9%. Ce taux est plus faible en milieu rural (43,5%) qu’en milieu urbain (79,2%). Par rapport au sexe, les hommes sont plus alphabétisés (70,3%) que les femmes (44,4%).

Deuxième raison : L’accroissement exponentiel des inégalités !

L’enquête QUIBB (Questionnaire des Indicateurs de Base du Bien-être) de juin 2007 financée par l’UNICEF pour le compte de l’Etat togolais, arrive au même constat et révèle qu’en matière d’accès à l’éducation les 20% les plus pauvres bénéficient d’une subvention à l’éducation équivalente à 5.607 FCFA par tête alors que les 20% les plus riches bénéficient de 10.376 F CFA par tête, soit environ le double. En matière de prise en charge sanitaire, les études ont révélé que 50% des plus pauvres bénéficient seulement de 20% à 30% des subventions publiques. Le gouvernement vient d’annoncer le 29 juin à Lomé le lancement d’une nouvelle enquête QUIBB, sans doute pour constater  une nouvelle fois les aspects négatifs de sa gouvernance.

Mais le Togo n’est pas sur une autre planète. Le problème de la redistribution de la richesse nationale est aujourd’hui le facteur déclenchant de la révolte sociale, comme partout ailleurs ou les révoltes éclatent. L’opposition (celle qui est dans l’action) a beau dénoncer les injustices sociales, les tenants du pouvoir semblent toujours sourds et insensibles à la misère que leur gouvernance génère. Seule une minorité profite de la richesse nationale, souvent en la détournant de sa destination naturelle : le budget de la nation. C’est justement cet autre aspect de la situation de la société togolaise que les enquêtes diverses et variées – financées par la coopération internationale – taisent pudiquement. Par exemple le fait que pendant que la pauvreté ne cesse de s’accentuer au point de toucher 72% de la population, la gouvernance politique et économique, hier RPT aujourd’hui RPT/AGO, a permis l’émergence en cinq ans de 13 milliardaires au Togo. Cet élément apporte la confirmation de ce que déclarait récemment M. Philip ENGLISH, économiste principal à la Banque mondiale en mission à Lomé : « le Togo est un pays potentiellement riche mais mal géré ».

Dans de telles conditions peut-il y avoir un doute sur le fait que l’aspiration  à l’alternance politique est très largement majoritaire au sein du Peuple togolais, pour une autre gouvernance tournée vers la satisfaction des besoins des populations ? Mais rien n’est joué à l’avance et il n’est pas automatique que les fruits mûrs tombent toujours de l’arbre. Certains y sèchent et restent pendus de longues années. Il serait donc utile aujourd’hui d’effectuer rapidement le travail de conscientisation auprès des masses les moins éclairées. Même si elles le vivent au quotidien, il est important de leur montrer l’ampleur des injustices et surtout de faire comprendre que le Togo est riche et que cette richesse peut leur profiter. A la condition d’écarter définitivement du pouvoir Faure GNASSINGBE et son clan, qui pillent le pays. Ce travail de conscientisation devrait être la tâche prioritaire des partis politiques et des Mouvements citoyens sincèrement déterminés à soutenir l’alternance et changer la gouvernance en écartant les compromissions avec ce pouvoir discrédité. S’ils se mettaient ensemble au travail pour élargir l’assise populaire de la contestation et de la révolte l’avènement de l’alternance pourrait être plus rapide… !

TOGO Justice

TOGOCITY : QUE VAUT EXACTEMENT LA JUSTICE TOGOLAISE ?

Ecrit par KPIME Magnim, publié par TOGOCITY, 3 juillet 2011 : http://www.togocity.com/spip.php?article6589

Morceaux choisis : «…Une nouvelle affaire rocambolesque portée à notre connaissance vient de prouver une fois encore ce que vaut la justice togolaise et la nécessité de soigner la grosse plaie qui mine celle-ci de même que notre magistrature… » «…Il s’agit d’une affaire actuellement pendante devant la Cour d’Appel de Kara présidée par le Juge Y. KANTCHIL-LARRE. Comme on peut aisément l’imaginer, l’affaire est dans le domaine où se font les plus grosses magouilles devant la justice togolaise : le domaine immobilier ou foncier…»

FF : TOGO : AU MILIEU D’INSTITUTIONS MALADES, LA JUSTICE NE PEUT PAS ÊTRE EN BONNE SANTE ! Au moment  même où l’ONU est encore en train de dépenser de l’argent pour former des magistrats au Togo, et parait-il les sensibiliser sur  la question des Droits Humains, il est remarquable de constater qu’une affaire actuellement en cours devant la Cour d’Appel de Kara, remarquablement analysée par M. KPIME Magnim, semble démontrer la soumission  de la justice du Togo à l’autorité politique. Elle apporte une nouvelle fois l’illustration de l’absence de séparation des pouvoirs, maintes fois dénoncées au Togo. Ces mêmes pages rappelaient récemment qu’une réforme de la justice était engagée au Togo depuis plus de sept ans, sans résultats concrets en particulier sur la question essentielle de la séparation des pouvoirs et des moyens affectés au fonctionnement de l’institution.

Donald DONISEN Liberté

 

TOGO Médias-Presse

LIBERTE – TOGOSITE : KOKOU BIOSSEY TOZOUN, UNE NOMINATION QUI SUSCITE DES INQUIETUDES

Ecrit par Tino KOSSI, LIBERTE HEBDO, 28 juin 2011 : http://www.togosite.com/?q=node/1318

Morceaux choisis : «…Mais ce parachutage de l’ancien Garde des sceaux à la présidence de l’institution de « marquage à la culotte des médias privés », pardon, de régulation des médias tout court suscite des inquiétudes…» …  «…les observateurs avisés ne voient pas en ce choix un pur hasard et les deux hypothèses ne font que mettre à jour la problématique de la mission exacte que KOKOU TOZOUN est appelé à remplir à la présidence de la HAAC… »«…Mais les inquiétudes se justifient au regard de son passé d’activiste du pouvoir…»

FF : TOGO : ARRIVEE DE K. TOZOUN A LA HAAC RESSENTIE COMME VERROUILLAGE DE L’INFORMATION ! Après de nombreuses tergiversations, le pouvoir RPT/AGO vient d’installer Kokou Biossey TOZOUN, pilier historique du RPT, à la direction de la Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la communication (HAAC). Nombreux semblent les observateurs qui craignent que cette nomination ne cache en fait une tentative délibérée de verrouillage de l’information. Il est vrai que la trajectoire politique du personnage, qui a siégé durant un nombre incalculable d’années au gouvernement, tel un pilier inamovible de la maison, au service exclusif de la ligne pure et dure du RPT semble accréditer cette thèse. En ces temps de contestation, de grogne, et maintenant de révolte, si la situation devait encore se dégrader, la question de la communication sera un élément central de la bataille idéologique. Faure GNASSINGBE, conseillé par le sorcier blanc au masque noir et le gouvernement RPT/AGO ont rapidement assimilé les enseignements de la révolution tunisienne et égyptienne, notamment le rôle très important joué par les réseaux sociaux en matière d’organisation des luttes. Ces considérations semblent avoir motivé une association de journalistes que l’on peut considérer comme indépendante, à récuser avec force la nomination de Kokou Biossey TOZOUN à la tête de la HAAC. Dénonçant le mutisme coupable de la HAAC face à l’usurpation de ses compétences par l’Autorité de Réglementation des Postes et Télécommunications (Art & P) qui procède illégalement à la fermeture de radios privées, il ne semble faire aucun doute pour  « Sos journaliste en danger » qu’avec le maintien de Kokou Biossey TOZOUN, la presse serait « encore mieux » surveillée par le pouvoir RPT/AGO… ! Mais il est vrai aussi, que lorsque les bornes sont dépassées il n’y a plus de limites. La tentative de verrouillage de la HAAC risque de ne pas suffire pour empêcher les journalistes de faire leur travail.

MO5-TOGO : MEDIAS : CREDO TETTEH RECONDUIT A LA TETE DE L’UJIT

Écrit par BERETE, MO5-TOGO, 20 Juin 2011 : http://www.mo5-togo.com/actualites/2793-medias-credo-tetteh-reconduit-a-la-tete-de-lujit.html

Morceaux choisis : «…Cette élection intervient dans un contexte difficile pour la presse togolaise d’une manière générale et de l’UJIT en particulier. Les journalistes sont taxés pour leur manque de professionnalisme et plusieurs journaux ont été traînés devant les tribunaux…» … «…On reproche également à cette organisation d’être phagocytée par les patrons de presse au lieu d’être  au service des journalistes, leurs employés…»

FF : TOGO : LES JOURNALISTES TOGOLAIS  ET LA CREDIBILITE ! Le monde de la presse et des médias semble traversé par les turbulences et l’Union des journalistes indépendants du Togo (UJIT), ne semble pas y échapper. Il convient de rappeler que la presse togolaise est en situation de marasme économique, comme dans bien d’autres pays et pas seulement sous-développés. Cette situation favorise parfois la distribution de quelques gratifications, dans l’objectif de s’attirer la complaisance de quelques plumes. Au-delà de cette considération les assignations devant les tribunaux dont ont fait l’objet plusieurs journaux dans les derniers mois, tant de la part de Faure GNASSINGBE lui-même que de certains membres de son clan montrent que le pouvoir reste attentif à son image. Dans une situation de tension sociale exacerbée comme c’est le cas actuellement au Togo, l’existence d’une presse indépendante et courageuse dans son expression est un élément important pour apporter un éclairage impartial sur l’analyse de la situation et la réalité des faits… !

Donald DONISEN Liberté

TOGO Politique

LYNX-TOGO-INFO : GILBERT FOSSOUN HOUNGBO : IL EST EN RESIDENCE SURVEILLEE A LOME

Ecrit par Baba TUNDE LYNX.info, 18 Juillet 2011: http://www.lynxtogo.info/links/oeil-du-lynx/1380-gilbert-fossoun-houngbo–il-est-en-residence-surveillee-a-lome.html

Morceaux choisis : «…Gilbert Houngbo n’est certes pas mis aux arrêts pour quoi que ce soit mais il est plus embastillé que Kpatcha Gnassingbé. Chacun de ses ministres a pu former son cabinet mais pas lui.  Les ministres UFC ont fini par avoir leurs hommes dans leurs cabinets mais toujours pas Gilbert Houngbo condamné à composer au quotidien avec des collaborateurs qu’il n’a pas choisis… »

FF : TOGO : POUR HOUNGBO LA POLITIQUE C’EST LE BAGNE ! Un premier ministre sans véritables prérogatives  est-ce véritablement une surprise au Togo ? En choisissant Gilbert FOSSOUN-HOUNGBO Faure GNASSINGBE ne recherchait pas les compétences de l’ancien haut fonctionnaire du PNUD, il recherchait simplement l’image de crédibilité à présenter à la communauté internationale. Mais le RPT et les affidés du clan GNASSINGBE sont des gens indécrottables. Une fois passé l’effet d’annonce, chassez le naturel et il revient au Galop ! La preuve il n’a même pas le droit de choisir ses propres collaborateurs. Dont Acte ! Il se passe avec HOUNGBO ce qui se passe depuis quarante-deux ans pour tous les premiers ministres du Togo. Des potiches qui ne doivent leur position politique qu’à la grâce du « Prince » et souvent à titre politique ne représentent qu’eux-mêmes. Hier le Père, aujourd’hui le Fils, mais rien de nouveau dans le traitement réservé aux premiers ministres sous le soleil togolais ! Qui sera le prochain ? En attendant, les Togolais et Togolaises se posent une simple question : A quoi sert Houngbo exactement ?

LIBERTE : FAURE GNASSINGBE A ECHANGE AVEC LES DEPUTES ET LES COMITES PREFECTORAUX DU RPT

Ecrit par R. KEDJAGNI, LIBERTE HEBDO, 18 juillet 2011 : http://www.togosite.com/?q=node/1397

Morceaux choisis : «…La réunion de Kara devant aborder la question de la dissolution du RPT n’a pas pu avoir lieu. Les mécontentements des caciques du RPT ont obligé le chef de l’Etat à changer de fusil d’épaule. C’est ainsi qu’il aurait eu à échanger dans un premier temps avec les députés du RPT à l’Assemblée nationale, puis avec les comités préfectoraux de toutes les régions du Togo… »

FF : TOGO : « CE N’EST PAS AU BOUT DE LA VIEILLE CORDE QUE LON TISSE LA NOUVELLE » MAIS  LE RPT NOUVEAU ARRIVE ! Dans le n° 7 de « François Fabregat commente la presse Togolaise et Africaine » nous avons émis de très vives réserves sur la création, à l’initiative de Faure GNASSINGBE, d’un « véritable » nouveau parti politique pour se débarrasser enfin du trop vieux RPT, devenu trop pesant et tellement chargé de turpitudes devenues indélébiles dans la mémoire collective des togolais. A l’image par exemple des violences post-électorales – toujours impunies -  qui ont provoqué 500 morts au moins et des dizaines de milliers d’exilés au Ghana et au Bénin, perpétrées par les hordes déchaînées du pouvoir au lendemain de l’élection présidentielle du 24 avril 2005. Le RPT portera à jamais le poids de 42 ans de turpitudes en tous genres à l’encontre de ‘immense majorité du Peuple Togolais. La question étant de savoir, disions-nous, si Faure GNASSINGBE peut opérer ce tournant historique et « se débarrasser du RPT sans dégâts collatéraux »? Etienne Eyadema GNASSINGBE avait choisi Kpalimé, le 30 août 1969, pour lancer le fameux appel qui conduira à la création du « Parti Unique » RPT, dont il deviendra le premier Président au cours du congrès constitutif tenu à Lomé le 30 novembre 1969, et dont il le restera jusqu’à sa mort en février 2005. Son fils, Faure GNASSINGBE, semblait avoir choisi Kara, le fief de son père pour mener avec les caciques du RPT les pourparlers devant conduire à l’acte de décès du RPT et à l’annonce du « Parti Nouveau ». Depuis que le premier cercle restreint de Faure GNASSINGBE a alimenté les gazettes, en faisant courir le bruit de cette manipulation, il semble donc que l’interrogation émise par de nombreux observateurs – de savoir si cette opération ne sert qu’à cacher finalement un replâtrage des murs intérieurs et un ravalement de façade, pour donner de nouvelles couleurs au maïs dont le jaune a tant pâli ces dernières années, mais surtout pas d’une transformation structurelle de fond – trouve aujourd’hui un début de réponse.

Vu la « haute vision » pour le Togo, que certains ont prêté  récemment à Faure GNASSINGBE, une chose est certaine, en l’état actuel son imagination ne l’amène pas à proposer au Peuple togolais, autre chose que de faire du neuf avec du vieux. Mais les combines du RPT sont tellement éculées qu’elles ne font plus illusion depuis très longtemps aux yeux des togolais. Faure GNASSINBE devrait se souvenir de ce que feu son père EYADEMA se plaisait à répéter : « on ne tisse pas la nouvelle corde au bout de l’ancienne ».

Le CORRECTEUR : LES DEPUTES DU GROUPE D’AMITIE FRANCE-TOGO SAISISSENT L’ASSEMBLEE FRANÇAISE ET EXIGENT LA REINTEGRATION DE FABRE ET SES FIDELES

Ecrit par Olivier GLAKPE, LE CORRECTEUR, 15 juillet 2011 : http://www.togosite.com/?q=node/1388

Morceaux choisis : «…Rentrés en France après une mission de quelques jours au Togo, ces députés, indignés par le problème qui mine l’Assemblée nationale togolaise ont saisi le président de l’Assemblée Nationale Française et demandé qu’il interroge son homologue togolais sur la question. « Les procédures d’exclusion sont assez antiréglementaires », estiment-ils tout en ajoutant que « les tentatives d’explication des différentes institutions togolaises n’ont pas du tout convaincu…»

FF : TOGO : LES DEPUTES FRANÇAIS NE SERAIENT PAS VENUS FAIRE DU TOURISME AU TOGO ! L‘affaire de l’exclusion des neuf députés de l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC) de l’Assemblée Nationale, dont Jean-Pierre FABRE, confirme l’entêtement du pouvoir RPT/AGO à persister dans le déni de droit, et semble montrer qu’il ne sait plus comment faire pour sauver la face alors que la réprobation internationale ne cesse de s’amplifier. L’affaire a été portée par l’ANC devant la Cour de Justice de la CEDEAO qui devra se prononcer le 29 septembre prochain. En attendant, la décision d’exclusion – prononcée par le Bureau de l’Assemblée Nationale du Togo et confirmée par la Cour Constitutionnelle – qui a déjà fait l’objet d’une condamnation sans réserve de la part de la commission des Droits de l’Homme de l’Union Interparlementaire (UIP), vient de recevoir une nouvelle condamnation, après la visite au Togo d’une délégation de députés membres du Groupe d’Amitié France-Togo de l’Assemblée Nationale française. Les députés français ont une nouvelle fois désavoué le pouvoir RPT/AGO de Faure GNASSINGBE, qui s’est montré jusqu’ici incapable de mettre fin au désordre institutionnel. Aussitôt rentrés en France les députés, ont saisi le président de l’Assemblée Nationale Française et demandé qu’il interroge son homologue togolais sur la question. Ils motivent leur action par le constat de « Procédures d’exclusion assez antiréglementaires », et en considérant  que « les tentatives d’explication des différentes institutions togolaises n’ont pas du tout convaincu ». Les députés français se sont également déclarés « préoccupés par les évènements qui secouent actuellement l’Afrique » et ont attiré l’attention de la France sur le « non-respect des principes démocratiques et les Droits de l’Homme au Togo ».

Cette appréciation a le mérite d’être claire et ne relève pas de la « langue de bois » à laquelle s’adonnent souvent les hommes politiques. Voilà une occasion pour Faure GNASSINGBE de montrer, pour une fois, une juste « vision » de l’intérêt général, s’il décide de siffler la « fin de la récréation » des barons du RPT aux manettes de cette manipulation, avant de perdre définitivement la face et de la faire perdre aux institutions du Togo ? Il convient de saluer la juste appréciation des faits de la part des députés français ! Même si tout ceci ne dérange pas Nicolas Sarkozy… qui soutient mordicus Faure Gnassingbé.

Le CORRECTEUR : AFFAIRE DES DEPUTES ANC : ECHOS DE LA RENCONTRE D’ABUJA ENTRE LES AVOCATS DU POUVOIR ET CEUX DU GROUPE DE FABRE

Ecrit par Nima ZARA, LE CORRECTEUR, 07 juillet 2011 : http://www.togosite.com/?q=node/1358 Morceaux choisis : «…Un nouveau désaveu du gouvernement en perspective, la décision de la Cour de Justice de la CEDEAO attendue le 29 septembre prochain. A la requête des neuf (09) députés exclus de l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC), la Cour de justice de la CEDEAO a tenu son audience le lundi 27 juin dernier… »

FF : TOGO : LE SOUTIEN POPULAIRE SERA UNE MEILLEURE GARANTIE QUE LA DECISION DE LA COUR DE JUSTICE DE LA CEDEAO ! Avec la décision d’annuler les sanctions contre Adou SEIBOU, président du Mouvement pour l’épanouissement de l’étudiant togolais (MEET), nous venons de vivre un exemple, grandeur nature, qui démontre que seul le rapport de forces politique ou social peut contraindre Faure GNASSINGBE et son gouvernement RPT/AGO à reculer devant l’adversité ! C’est parce qu’il a pris la mesure d’un rapport de forces qui lui devient dangereusement défavorable qu’il a tenté de désamorcer la bombe sociale et le risque d’agrégation avec la contestation politique. Il est utile de répéter que ce qui a été possible une fois peut l’être à nouveau, y compris pour la réintégration des 9 députés de l’ANC abusivement exclus de l’Assemblée Nationale. Ceci dans la mesure où pratiquement tous les partis politiques togolais qui se respectent et ont une quelconque influence, ont depuis longtemps déjà condamné avec force cette manœuvre dilatoire du clan RPT/AGO ! Voilà un bon motif pour revendiquer une nouvelle fois de manière unitaire. Certes une décision positive de la Cour de justice de la CEDEAO, viendrait conforter la condamnation ferme de l’UIT. Elle serait un plus mais ne sera pas certainement suffisante si la pression populaire ne se montre pas plus déterminée que le pouvoir RPT/AGO. Surtout dans une période où certains évoquent déjà des « ralliements » dans le cadre d’une hypothétique reprise du dialogue inclusif. Des ralliements qui ressembleraient alors à une véritable trahison du mouvement populaire… ! Il est recommandé aux marcheurs du samedi et aux travailleurs et étudiants qui entendent  faire valoir leurs droits de veiller au grain de rester unis et plus que jamais mobilisés. C’est lorsqu’il baisse la garde que le boxeur risque le KO… !

LIBERTE : LE GOUVERNEMENT CEDE DEVANT LA PRESSION POPULAIRE

Ecrit par Olivier ADJA, LIBERTE HEBDO, 4 juillet 2011 : http://www.libertetg.com/contenus.php?id_art=143&content=1&tabloo=une_princ Morceaux choisis : «…Adou SEIBOU, Pdt du MEET : « Rien ne nous arrêtera, si ce n’est la satisfaction de nos préoccupations…» … «…La détermination et le courage des étudiants de l’Université de Lomé (UL) commencent à porter leurs fruits. Au départ autiste devant les requêtes des étudiants, le gouvernement commence à faire des concessions face à la menace du MEET de porter dans les rues de Lomé, les revendications estudiantines…»

FF : TOGO : LA REUNION DES MOUVEMENTS SUR LE TERRAIN SOCIAL ET POLITIQUE FINIRA PAR PAYER, MÊME SI LA LUTTE LONGUE ! Faure GNASSINGBE et son pouvoir RPT/AGO sont enfermés dans une logique de domination sans partage de l’ensemble de la société togolaise et de pillage de la richesse nationale au profit d’une oligarchie. Cette logique leur interdit de s’engager dans la voie de réformes qui contribueraient à améliorer substantiellement la vie quotidienne des togolais, puisqu’elle serait contraire à leurs intérêts. En persistant dans cette voie, il est donc naturel qu’ils continuent d’ignorer les causes profondes qui font inexorablement monter la tension sociale au Togo. Cette contradiction qu’il leur est par nature impossible d’assumer, conduit aujourd’hui des milliers de togolais à oser s’engager dans la voie de la contestation, au-delà de la seule contestation politique. C’est cela la véritable nouveauté du mouvement de contestation global, né à l’initiative du FRAC dès le lendemain de l’élection présidentielle du 4 mars 2010 dont les résultats resteront toujours contestés, puisque le processus électoral, phagocyté par le RPT, a été empêché de faire émerger la vérité des urnes.

Il est recommandé à l’ensemble des citoyens du Togo de méditer la récente décision du pouvoir RPT/AGO – prise en catastrophe à la dernière minute – prononçant la réintégration du leader étudiant Adou SEÏBOU, président du MEET, qui avait été exclu de l’université de Lomé pour six ans. La seule raison de cette décision : à la suite du FRAC, qui tous les samedis au cours de ses marches renouvelait son soutien à l’ensemble des luttes sociales en cours, l’ensemble des partis politiques ont exigé publiquement la réintégration d’Adou SEÏBOU et appelé à une manifestation unitaire. En réintégrant Adou SEÏBOU in extremis la veille au soir du jour prévu pour cette manifestation, le pouvoir RPT/AGO a tenté de désamorcer la bombe sociale qui était en train de se transformer en bombe sociopolitique. Ceci semble apporter une nouvelle preuve que Faure GNASSINGBE et son gouvernement RPT/AGO sont bien conscients des effets négatifs de leur politique et qu’ils sont décidés à l’appliquer tant que le rapport de forces leur est favorable. Or cette fois le rapport de forces s’est inversé. Ce qui a été possible une fois peut l’être encore. C’est une question de volonté citoyenne et politique. Il suffit qu’un plus grand nombre de citoyens prenne conscience de la force que constitue l’union des mouvements sociaux et politiques et de la nécessité de leur coordination qui est devenue une priorité.

Tous les ingrédients semblent donc aujourd’hui réunis pour franchir un palier supplémentaire. De nouvelles victoires sont encore possibles. La balle est maintenant dans le camp de tous les leaders ou responsables qui ont décidé ponctuellement renforcer le poids d’une contestation qui est devenue unitaire. Il suffit de transformer le caractère ponctuel en action politique et sociale pérenne !

Le TOGOLAIS.com : COALITION DE L’ « OPPOSITION » OU PANIER DE CRABES ?

Ecrit par TETE Godwin, publié par Le TOGOLAIS.com, 3 juillet 2011 : http://www.letogolais.com/article.html?nid=4508

Morceaux choisis : «… L’union fait la force ». À coup sûr ! C’est pourquoi, meurtri par le régime rpétiste qui l’opprime, l’exploite et l’étouffe depuis bien des lustres déjà, le Peuple togolais aspire ardemment à une union sacrée des vrais patriotes de la Terre de nos Aïeux – union susceptible de le conduire à sa délivrance des griffes de ce régime. Dans les circonstances concrètes de nos jours au Togo, seule l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC), fortement soutenue par ses partenaires qui forment avec elle le Front Républicain pour l’Alternance et le Changement (FRAC), se trouve – si elle parvenait à nouer une union sacrée avec l’écrasante majorité de notre Peuple – en position de pouvoir sortir la Terre de nos Aïeux du bourbier où l’ont plongée des forces souterraines depuis le funeste 13 janvier 1963…»

FF : LES GIROUETTES TOURNENT AU GRE DU VENT…! Assurément Godwin TETE a raison de mettre en garde les togolais contre tout aventurisme en politique et surtout de prévenir les agitations de certains aventuriers qui effectivement font feu de toute paille dès lors que le vent commence à tourner. Hier ici, demain là et après-demain qui sait où…et avec qui…, pourvu que leurs intérêts personnels soient préservés ! Le propre de toutes les révolutions est aussi de porter et de nourrir en leur sein les contrerévolutionnaires. Ainsi, faire un travail d’éclairage préalable pour les démasquer avant que la trahison ne survienne est une mesure salutaire qui contribue à la clarification politique. Mais il est vrai que pour certains au Togo ce travail n’est même pas à faire puisqu’ils le font très bien eux-mêmes…! Il est bon tout de même de le rappeler…!

TOGO Social

AFRIQUINFOS : TOGO : LES TRAVAILLEURS DE L’ADMINISTRATION PUBLIQUE PAYENT 3,5% DE LEUR SALAIRE POUR S’ASSURER CONTRE LA MALADIE

Ecrit par XINHUA, Publié par AFRIQUINFOS, 2 juillet 2011 : http://www.afriquinfos.com/articles/2011/7/2/togo-181468.asp

Morceaux choisis : «…Le gouvernement togolais a commencé le prélèvement des 3,5% sur les salaires mensuel des travailleurs de l’administration publique au titre des cotisations pour l’assurance maladie récemment instituée à leur intention…»

FF : TOGO : LES COTISATIONS SOCIALES SERVIRONT-ELLES VRAIMENT A COUVRIR LES DEPENSES MEDICALES ? On ne saurait contester la mise en place d’une véritable assurance maladie pour les travailleurs du Togo. La question reste de savoir pourquoi seulement de manière sectorielle. Pourquoi le secteur public et pas le secteur privé ? Les travailleurs du secteur privé ne sont-ils pas susceptibles de contracter des maladies ou d’être affectés par des accidents du travail ? Par ailleurs le système sera-t-il véritablement efficient ? Quand on voit que le gouvernement est obligé de prendre à sa charge la moitié du montant des cotisations (3,5%) du fait de son incapacité à verser des salaires décents à ses employés, il serait intéressant de connaitre comment l’Etat togolais entend assurer l’équilibre financier du système. Cette interrogation semble surgir naturellement, lorsque l’on prend en considération la manière dont les règles d’orthodoxie en matière de gestion financière sont appliquées dans notre pays. Si l’on se réfère à la kyrielle de rapports d’institutions financières nationales ou internationales, qui ont mis en évidence les sérieuses carences en matière de gestion, notamment au sein du secteur public, l’Etat togolais dans ce domaine précis, semble loin d’être  un modèle de vertu ! Si la Cour des Comptes est un jour en mesure d’exercer véritablement sa fonction de contrôle, peut-être les travailleurs togolais sauront-ils si leurs cotisations sociales servent vraiment à alimenter les caisses de l’assurance maladie. Quant au sort des travailleurs du secteur privé, il est suggéré que l’Assemblée Nationale, légifère très rapidement pour leur permettre de bénéficier également d’une véritable assurance maladie, au lieu de perdre du temps à concocter des révisions constitutionnelles qui ne changent rien à la vie quotidienne des populations ou d’exclure les 9 députés de l’ANC. Pour une fois elle ferait socialement œuvre utile, très utile même !

MO5-TOGO : NON-RESPECT DE L’ACCORD PAR LE POUVOIR RPT: LE SYNPHOT APPELLE A UN SIT-IN JEUDI PROCHAIN

Écrit par F. DZIDULA, MO5-TOGO, 11 juillet 2011 : http://www.mo5togo.com/ Morceaux choisis : «…Moins d’un mois après la signature de l’accord intervenu entre le gouvernement et le Syndicat national des praticiens hospitaliers du Togo (SYNPHOT) qui a permis de mettre fin à une grève sèche dans les hôpitaux publics du Togo, l’accord bat déjà sérieusement de l’aile. Le gouvernement comme à son habitude, chaque qu’il signe un accord, rechigne à respecter ses engagements. Mais les médecins ne sont pas prêts à se laisser enfariner par le gouvernement…»

FF : TOGO : SANTE, LES PERSONNELS CONTRAINTS DE REPARTIR EN GREVE ! Après une très longue partie de bras de fer et les frasques nombreuses et variées du gouvernement RPT/AGO, via les incartades du ministre de la santé Charles KONDI AGBA, les travailleurs du secteur de la santé, semblaient enfin avoir reçu satisfaction à leurs revendications. Mais il n’aura pas fallu plus d’un mois pour que le gouvernement, cette fois RPT/AGO, tente de leur refaire le même coup qu’en 2008, en piétinant le protocole d’accord signé à Atakpamé. La pomme de discorde en 2011 et motif de la grève, porte sur le paiement d’une prime d’appoint de 180 000 F CFA, qui devait être payée en 2010 au titre de 2009. Cette fois devant la détermination des personnels de santé et craignant la propagation du mouvement et surtout les dégâts collatéraux pour la santé publique, le gouvernement avait commencé par payer la prime avant d’en suspendre le paiement, prétextant ne pouvoir verser ces fonds au personnel qui refuse de soigner les malades pour grève. Ainsi sur 35 districts sanitaires que compte le Togo seuls 10 ont été payés dont les 5 de Lomé, les 4 de la région des Savanes et 1 de Bassar. La répartition géographique des paiements ne semble  pas anodine. Essayer d’éteindre l’incendie à Lomé et tenter de récupérer l’estime des « gens du Nord » que Faure GNASSINGBE a largement perdue et masquée depuis des années par la publication de résultats électoraux qui bien sûr ne reflètent pas la vérité des urnes. Un adage dit qu’un homme averti en vaut deux. Déjà échaudés par leurs précédents déboires relatifs au non-respect de l’accord de 2008 par le gouvernement HOUNGBO I, il semble cette fois que les médecins et les travailleurs du secteur de la santé, soient bien décidés à réagir promptement en continuant immédiatement le mouvement si la reprise des paiements n’est pas effective. Il est suggéré que les travailleurs de santé mettent en place très rapidement un comité de suivi, pour rappeler si nécessaire tous les engagements pris. Le rapport de forces est semble-t-il la seule méthode que Faure GNASSINGBE et son  gouvernement RPT/AGO comprennent… !

TOGO Société

Donald DONISEN Liberté

LIBERTE –TOGOSITE : METTRE FIN AU TRIBALISME INSTITUTIONNALISE PAR LE CLAN GNASSINGBE AU TOGO

Ecrit par Alain SIMOUBA, LIBERTE HEBDO, 28 juin 2011 : http://www.togosite.com/?q=node/1320 Morceaux choisis : «…Malheureusement, Faure Gnassingbé qui n’avait aucune raison de perpétuer les pratiques tribalistes de son géniteur, étant « un esprit nouveau » et un trait d’union entre le Nord et le Sud, est demeuré résolument méconnaissable et cramponné à la même logique, sûrement pour la préservation de son pouvoir, ne serait-ce que pour un petit bout de temps, avant d’être éjecté…»

FF : TOGO : L’INSTRUMENTALISATION ETHNIQUE SERT LA DOMINATION POLITIQUE,  L’EXPLOITATION DES POPULATIONS ET LE DETOURNEMENT DE LA RICHESSE NATIONALE ! La question ethnique semble ressurgir au Togo périodiquement de manière récurrente. La sortie calamiteuse : « Depuis quand les kabyè aussi font grève ? » proférée en face des syndicalistes du SYNPHOT, par le nouveau ministre de la santé Charles Kondi AGBA, revenu au gouvernement, a fait resurgir dans la plupart des journaux un florilège évocateur de la profondeur des racines de ce mal au sein de la société togolaise. Cela permet de faire remarquer au passage l’ampleur du travail qui reste à faire pour construire une véritable nation. Il est vrai que celui qui est présenté abusivement comme le père de celle-ci a passé tout son temps lorsqu’il dirigeait le pays à entretenir le clivage ethnique au point de l’instrumentaliser pour mieux servir les intérêts d’un clan. Tant qu’elle ne s’est pas débarrassée de la prégnance du clanisme ou de la différentiation ethnique qui clive pour parvenir à un ethnisme qui rassemble, n’importe quelle société humaine ne peut prétendre avoir finalisé la construction d’une nation. Il semble que le Togo soit de ce point de vue encore très loin du compte. L’immense danger est le facteur profond de division que constitue le recours à la différenciation ethnique instrumentalisé par la gouvernance politique. Il semble significatif que ce débat resurgisse au moment même où le Togo connait les  plus grandes révoltes sociales et contestation politique depuis deux décennies, au temps de la conférence nationale, avec les risques sérieux pour le pouvoir RPT/AGO de voir s’élever dangereusement le niveau de la contestation. Mais le danger serait aujourd’hui pour le Peuple togolais de céder aux sirènes qui voudraient l’entrainer sur le terrain de la différenciation. Jusqu’à preuve du contraire, les intérêts des étudiants ou des personnels de santé, comme de la totalité des travailleurs de ce pays sont les mêmes quelle que soit leur ethnie,  qu’ils soient Bassar, Ewé, Gourma Guin, Kabyé, Kotokoli, Losso, Mina, Moba, Ouatchi, Tamberma, Tchamba, Tyokossi… Dans ces conditions l’heure n’est pas à la division mais à l’union pour faire aboutir des revendications citoyennes, au-delà de toute autre considération. Ce sera la meilleure réponse à un pouvoir qui a depuis longtemps assuré la pérennité de sa gouvernance grâce à la division. Les travailleurs togolais comme l’ensemble des citoyens ne seront capables d’inverser le rapport de force en leur faveur que grâce à une union sans faille.

LIBERTE HEBDO : FRANC-MAÇONNERIE AU TOGO REPORT DE L’INITIATION DE FAURE GNASSINGBE PAR SASSOU NGUESSO, SELON LA LETTRE DU CONTINENT

Ecrit par R. KEDJAGNI, LIBERTE HEBDO, 23 juin 2011 : http://www.libertetg.com/index.php?page=2

Morceaux choisis : «…Pourquoi le président Faure Gnassingbé a-t-il annulé un voyage prévu le 17 juin à Pointe-Noire puis à Oyo, village natal de Denis Sassou Nguesso, qui devait l’initier aux enseignements maçonniques ? »

FF : TOGO : LES RESEAUX ESOTERIQUES A L’ŒUVRE AU TOGO AUSSI ! Faure GNASSINGBE semble apporter la confirmation que nombre d’observateurs ont formulée depuis longtemps à savoir que  la plupart  des chefs d’Etat africains d’Afrique de l’Ouest, sont Francs-Maçons. L’appartenance maçonnique serait-elle aujourd’hui en Afrique une obligation pour diriger un Etat ? Si tel est le cas c’est grave pour l’avenir de la démocratie en Afrique. Compte tenu de l’absence quasi-totale de vérité des urnes dans la plupart des pays lors des élections, toujours phagocytées par les pouvoirs en place, cela voudrait dire que pour longtemps encore les peuples  ne sont pas près de d’installer au pouvoir les dirigeants qu’ils ont véritablement élus.

Pièces Jointes

CVU-Togo-Diaspora FFabregat Commente presse TG-AF no10-2011.07.20 Dif
Titre: CVU-Togo-Diaspora FFabregat Commente presse TG-AF no10-2011.07.20 Dif (0 clic)
Légende:
Nom du fichier: cvu-togo-diaspora-ffabregat-commente-presse-tg-af-no10-2011-07-20-dif.pdf
Taille: 1 MB

Share