En effet au moment où nous écrivons ces lignes, nous sommes informés par plusieurs sources de l’hospitalisation en urgence du Coordonateur du Collectif Sauvons le Togo, ZEUS AJAVON dans une clinique de Lomé !

Nous restons dubitatifs sur la soudaine crise de l’opposant car depuis quelques temps, les adversaires voir les ennemis du changement avaient mis sa tête à prix !

En effet Zeus Ajavon “le porte voix” depuis plusieurs semaines demande à l’unisson avec tous les camarades de l’opposition le départ immédiat de Faure Gnassingbé et ceci à peut être amené les assassins de ce régime cinquantenaire a passé à l’action afin de le neutraliser…

Il est de notoriété publique que la dictature Gnassingbé élimine un par un tous ceux qui s’opposent de manière têtue à son bon vouloir…

Zeus Ajavon à fait un crime de lèse majesté à l’endroit du jeune tyran !

Nous supposons grâce à des sources croisées que Zeus Ajavon aurait été empoisonné il y a de cela plus ieurs semaines en se rendant à Lomé 2 seul suite à la convocation du dictateur Faure Gnassingbé.

Les familles de poisons et les techniques d’empoisonnements sont pluriels…

On distingue trois grandes catégories de poisons :

  • les poisons chimiques (arsenic, cyanure, phénol, sarin, phosgène…) ;
  • les poisons biologiques (batrachotoxine, curare, toxine botulique, muscarine,ricine, tétraodontoxin…) ;
  • les poisons physiques (radionucléides : rayonnements alpha, bêta, gamma).

Le poison peut être gazeux, liquide ou solide. Il peut agir par contact (absorption cutanée), par inhalation, par ingestion ou injection. Il existe des poisons naturels (gaz, minéraux, alcaloïdes, venins…) et des poisons créés par l’homme.

On distingue aussi les toxiques lésionnels (paraquat, colchicine …) des toxiques fonctionnels (antiarythmiques, antidépresseurs, tricycliques, barbituriques, carbamates, chloroquine, digitaline, théophylline …).

Classes de poisons :

  • Neurotoxiques (Inhibiteur de la jonction synaptique …) : Les neurotoxiques agissent sur l’influx nerveux, empêchent la coordination motrice et bloquent certains muscles essentiels (muscles respiratoires, cœur). Les plus connus sont le curare, les neurotoxines, et les gaz innervants ; de nombreux insecticides appartiennent à cette classe. Le plus souvent, leur cible est l’interface entre la cellule nerveuse et la cellule suivante (nerveuse ou musculaire) ;
  • poisons nécrosants et poisons hémolysants : Les cellules vivantes sont des poches pleines à craquer, qui ne tiennent que grâce à une armature, un filet composé de lipides et de protéines que la cellule entretient en permanence. Certains poisons détruisent ce filet, soit en catalysant et accélérant sa décomposition, soit en prenant la place de certains éléments mais sans assurer la solidité de l’ensemble ;
  • inhibiteur de la synthèse d’ATP : Les cellules vivantes fonctionnent avec l’énergie de l’ATP, fournie par les mitochondries. Les cyanures bloquent la synthèse d’ATP, ce qui prive en quelques secondes ces cellules de toute énergie, arrêtant toutes les synthèses et toute activité motrice, et provoquant rapidement la mort ;
  • inhibiteur de la jonction musculaire : Le chlorure de potassium provoque un arrêt du cœur en empêchant la création du potentiel cellulaire nécessaire à la contraction des muscles. C’est ce dernier poison qui est utilisé dans certains États des États-Unis pour exécuter les condamnés à mort ;
  • poison cumulatif : Un poison peut également agir lentement par accumulation. Par exemple, le mercure, le plomb et les autres métaux lourds, le benzène et d’autres composés aromatiques;
  • poisons mutagènes et poisons allergènes : Enfin, l’amiante (provoquant des cancers des poumons et de la plèvre), de nombreuses poussières (sciure de bois, poussières de terre et de charbon), les allergènes, ont des effets nocifs dont la survenue n’est pas certaine, mais plus ou moins probable selon la dose et la fréquence d’exposition, et selon la sensibilité de la personne.

Il y a quelques mois le régime Gnassingbé empoisonna un footballeur célèbre l’ex International togolais Tchangai Mazamaesso serait mort d’un empoisonnement. Le joueur serait un trafiquant de drogue, rapportaient quelques organes de presses. Revenu au pays pour apporter un démenti, il aurait été habilement empoisonné par ses détracteurs. Il faut chercher dans ce cas précis du côté des BADAGNAKI Mère et filles et Mey GNASSINGBE and co !…

Il y a quelques jours ce fût la mort brutale et suspecte du vice président de la CCI Jérémie Soumou Tchamdja qui dit on aurait aussi été empoisonné à cause de la guerre intestine au sein de la Chambre de commerce de Lomé…

Nous ajoutons que des menaces confirmées, d’éliminations aussi par empoisonnement, par des services de renseignements étrangers ont averti Mathieu Cichocki en charge de l’organisation PEUPLES OBSERVATEURS qu’un contrat pesait sur lui…

Notamment les services lui ont rappellé de rester vigilant avec les invitations même amicales à déjeuner et boire…

De surveiller son verre même vide car les dépôts de poisons ne se font pas que dans les liquides mais aussi sur des surfaces diverses et variées même par simple frottement ou contact de peau… (c’est pourquoi par exemple JJ Rawlings ne serrait jamais les mains en visite du temps d’eyadema à Lomé…)

Aussi le déclenchement du poison dans l’organisme peu se faire plusieurs mois après absorption par l’organisme…

Pour conclure pour le moment, nous souhaitons au Frère Zeus Ajavon de se relever le plus vite possible et de reprendre le flambeau de la Révolution Togolaise !

Source : http://www.peuples-observateurs.org/article-togo-zeus-ajavon-coordonateur-du-cst-empoisonne-110761975.html

Share