L’Observatoire  Africain des  Démocraties  Emergentes (OADE) et L’Institut  Béninois de Sondage (IBS) basées au Bénin et l’annexe au Togo, quartier Xédjranawoé, ont de nouveau organisé une enquête le samedi 06 et dimanche 07 juillet 2013, dans la région Maritime après ceux de 2007, 2010 et 2012.

Certains jeunes de la préfecture du Zio recrutés et formés le même jour ont pris fonction aussitôt la fin de la formation. Cette enquête de 48 heures doit regrouper environ 60 jeunes dont 12 superviseurs de nationalités béninoises répartir chacun dans les véhicules de 5 places. Le départ fut Tsévié ville à 07h 00 mn.

Les enquêteurs devraient poser des questions aux populations des villes, quartiers, villages, campagnes, fermes, hameaux. La plupart des questionnaires sont d’ordre politique notamment sur les élections législatives à venir. On peut lire sur la fiche, des questions comme :

Pour quel parti ou alliance de partis voteriez-vous si les élections législatives avaient lieu ce jour ? etc.…

Cette question que les populations trouvent un peu pertinente et affirmaient qu’il s’agissait d’une question taboue chez eux. Certains du moins ont clarifié leur positions en disant qu’ils ont envie de voir eux aussi l’alternance comme au Ghana, au Bénin…. mais ce qui n’est pas encore le cas au Togo. Ils vont plus loin en affirmant que l’absence de l’opposition dans leurs localités donne un grand boulevard au menteur de raconter tout ce qui leur passe par la tête et  ne cessent de les emballé.

Aucun leader de l’opposition ne les visite et ces populations ne connaissent  ni leur partis ou logo. Dans d’autres localités, UNIR fait de temps en temps sont entrée pour la précampagne depuis des mois avant le mois de Juillet. Ils recommandent à toute la classe politique de l’opposition de faire une union en vue de renverser le clan Gnassingbé et son régime dictatorial.

Il est clair et remarquable que les populations ont le cœur lourd à cause des problèmes qui minent leurs villages, tels que les manques d’eaux potable, d’hôpitaux, de latrines, d’électricité, de marchés, et autres…  Selon eux, ils sont oubliés et laissés à leur propre sort et c’est au moment des élections que le parti au pouvoir et les opposants reconnaissent leurs chemins.

La fiche d’enquête destinée pour le canton de TOVEGAN, de ASSANHOUN, et d’autres localités  ne comporte pas le nom du parti UNIR ni de l’alliance du parti CST. La question a été posée à l’un des superviseurs qui déclarait qu’il n’était pas nécessaire, une réponse que les enquêteurs ont trouvée un peu flou et se posaient beaucoup de questions sur cette manière et le but de cette enquête au 1er  jour de l’ouverture des campagnes électorales. La question reste toujours posée dans l’esprit de tous les citoyens Togolais.

KOUEVI  AYI  SAMSON

JOURNALISTE INDEPENDANT AU TOGO

BP 251-TSEVIE-TOGO

PORTABLE +228 90 99 94 64

email: sakouevi@cvu-togo-diaspora.org

Share