Emile-Derlin ZINSOU - En ces temps làDans la merveilleuse Bhagavad-Gîtâ, le Bienheureux Seigneur Krishna dit à son discipline bien-aimé Arjuna : « Fais les œuvres, mais ne t’attends pas à jouir des fruits des œuvres » Cela s’appelle l’abnégation…

Godwin TÉTÉ

En parcourant les Mémoires de l’ancien Président de la République du Dahomey (aujourd’hui République du Bénin), Emile-Derlin  Zinsou, je suis tombé sur ces lignes qui suivent, qui affichent objectivement une époustouflante pertinence,  qui auraient pu émaner de ma propre plume sans modification aucune ! Aussi souhaité-je les partager avec mes congénères africains en général, avec mes concitoyens togolais en particulier. Lecture :

«  De la trahison des clercs

Aucun Etat ne s’édifie, aucun pays ne se développe sans une élite qui en assume la charge. Les cadres chez nous ont un rôle déterminant dans tous les domaines. Heureux les pays où ils ont avant tout le souci de la vie et de l’évolution de la patrie. Malheureusement, le patriotisme qui était grand, cède de plus en plus la place à un égoïsme sans perspective. Le bien  commun, le progrès de tous pour tous, le service public, la conscience professionnelle, sont en train de déserter le forum. La course aux richesses par tous les moyens accapare la plus grande partie du temps. Si nos Etats sont malades, ce n’est pas seulement le fait de notre sous-développement, ni de la conjoncture mondiale, c’est aussi et surtout le résultat du comportement des cadres qui sont devenus de véritables prédateurs du bien public. Que ce soit au pourvoir, dans l’administration ou dans le privé, les mêmes maux se retrouvent partout. Malgré les mauvais exemples que nous leur donnons, nos paysans sont encore les plus sains de la nation. Sans un examen de conscience collectif et une résolution ferme de changer les choses et nos mœurs, notre avenir restera incertain malgré les grandes professons de foi. En politique, l’absence notable de toute conviction, les démarches zigzagantes au gré de l’intérêt personnel ou celui du clan montrent une déficience de conviction affligeante. Il suffira qu’un petit noyau de personnes courageuses et résolues se mette en action pour que de proche en proche, notre pays régénère. »

À bon entendeur, salut !!!

     [ Cf. Emile-Derlin ZINSOU

  En ces temps là

Riveneuve  éditions, Paris, 2012, p.363 ]

Lomé, le 21 décembre 2014

Godwin TÉTÉ

Share