Tete Godwin

« Ce sont les conditions objectives d’existence qui déterminent la conscience et non l’inverse »
Karl Marx

« Personnellement, comme Frantz Fanon, je ne crois guère NI À LA NÉCESSITÉ, NI À L’EFFICACITÉ DU “RACISME ANTIRACISTE  »
Godwin Tété

Hier après-midi, 21 septembre 2018, au sortir d’un déjeuner avec un compatriote des miens, dans les environs de la Place de la République à Paris, et juste au moment où j’allais entrer dans le Métro pour revenir chez moi, je tombai dans une manifestation de jeunes Africains “sans-papiers“. Une “manif” à bonne dose de               tam-tam ! (Culture obligeant…, cela allait de soi !)

Ces manifestants vendaient le N° 17 de leur Bulletin daté du 26 juillet 2018 et baptisé ― en, grands et épais caractères ― « SES FRONTIÈRES SERONT LE TOMBEAU DE L’EUROPE » [Référence : http://lavoixdessanspapiers.eu.org]. La pièce coûtait 0,50 €. Mais, par empathie…, je l’ai payée à un euro.

Ce numéro s’avère un véritable et copieux Réquisitoire (!) à l’encontre, une Malédiction sans appel (!), une Condamnation intégrale (!) de l’Europe.

Je pris l’un de ces jeunes gens en aparté, et eus avec lui la brève conversation qui suit.
—    Sans indiscrétion, de quel pays êtes-vous ?
—    Je suis Malien.
—    Tiens ! Moi, je suis d’un pays pas si loin que ça du vôtre. Je suis Togolais. J’ai eu à visiter le Mali plus d’une fois lorsque j’étais fonctionnaire international des Nations Unies. Et puis, quand j’étais étudiant ici à Paris, j’avais un certain nombre de camarades et d’amis maliens.
—    Ah bon !
—    Oui ! Mais dites-moi. Croyez-vous que nous pouvons honnêtement interdire à l’Occident de défendre ses intérêts ?!
Le jeune frère sourit, l’air quelque peu embarrassé. Et je poursuivis.
—    Non ! Pour ma part personnelle, IL NOUS APPARTIENT, NOUS AFRICAINS, DE DÉVELOPPER L’AFRIQUE. ET ALORS, NOUS VIENDRIONS ICI, À LA RIGUEUR, POUR FAIRE DU TOURISME, AINSI QUE LES AMÉRICAINS, LES JAPONAIS ET LES CHINOIS !

Donc, en ce qui me concerne personnellement, au lieu de nous attaquer à l’Europe, attaquons-nous plutôt à nos roitelets post-et-néocoloniaux qui empêchent (!) notre Continent de se développer.                À nos propres roitelets qui, au lieu de penser à leurs peuples, ne pensent qu’à eux-mêmes !!!

Mais, je voyais que je commençais à tourmenter (!) déjà un peu trop le jeune frère. Alors, je le saluai et pris congé de lui.

* * *

Je voudrais maintenant prendre la liberté de livrer au lecteur les quelques digressions ci-après, et qui ont trait au débat que j’ai soulevé avec mon jeune frère malien “sans-papiers“.

1.  À la vérité, je ne comprends que trop bien les SENTIMENTS qui animent ces “sans-papiers“. Au vrai, ils ne constituent ― probablement ― que le reliquat d’émigrants dont un nombre important ont perdu leur VIE (!!!) dans le SAHARA et/ou dans la MÉDITERRANNÉE. À ce propos, Karl Marx dit : « Ce sont les conditions objectives d’existence qui déterminent la conscience…». Ainsi donc, que ces “sans-papiersDÉBLATÈRENT sur l’Europe, il n’y a rien de plus compréhensible ! Car, ils se souviennent des RAVAGES (!) de la traite et de l’esclavage négriers triangulaires, de la colonisation, de la recolonisation, du SOUTIEN tacite que l’Europe accorde à nos roitelets néocoloniaux…

2. L’Occident capitalistique est convaincu que notre Monde n’est qu’une jungle, et donc que, comme dans une jungle, la Loi fondamentale doit y être celle du “SAUVE-QUI-PEUT” : celle du “LE-PLUS-FORT-MANGE-LE-PLUS-FAIBLE”.

À ce sujet, une anecdote rapporte ceci : Une fois, Anatole France se trouvait sur un bateau qui allait au (ou revenait) du Brésil. De ce navire, on pêcha, à la ligne, un énorme poisson. On éventra celui-ci et on découvrit un autre… poisson. L’opération poursuivie donna, au finish, en tout sept poissons ! Et le grand homme de lettres de s’écrier : « Voilà la justice divine ! ».

Dans cette veine d’idées, un certain Onésime Reclus écrivit un ouvrage auquel il donna le titre suivant : « “Lâchons l’Asie. Prenons l’Afrique”. [Éd. Librairie Universelle, Paris, 1904]. Quant à Albert Sarraut, dans son livre “Grandeur et servitude coloniales“, il dit, en substance, ceci : Puisque, notoirement, les Africains s’avèrent incapables d’exploiter les ressources naturelles de leur continent, pourquoi nous Européens refuserions-nous d’en tirer profit ? ![Éd. du Sagittaire, Paris, 1931].

De nos jours, outre l’Occident, le Japon, la Chine, l’Inde, la Turquie, la Russie, etc., se sont joints à la “DANSE FRÉNÉTIQUE DU PILLAGE SYSTÉMATIQUE DES RESSOURCES NATURELLES DE L’AFRIQUE“. Sous l’œil impuissant des Peuples africains. Et ce, à cause de la mauvaise gouvernance (!), de la médiocrité (!), de l’incompétence (!) de nos roitelets post-et-néocoloniaux.

         3. J’en arrive dès lors à me demander si, au lieu de MANIFESTATIONS À LA PLACE DE LA REPUBLIQUE À PARIS, CONTRE L’EUROPE, NOUS NE DEVRIONS PAS PLUTÔT ALLER COMBATTRE SUR PLACE, DANS NOS TERROIRS RESPECTIFS (?!), POUR DÉLOGER LESDITS ROITELETS ET PRENDRE EN NOTRE PROPRE MAIN NOTRE PROPRE DESTIN !!!

Oui ! Au fond,  c’est bel et bien ce que notre Cousin : le Président Barack Obama nous a recommandé quand il nous a dit :                « L’Afrique n’a pas besoin d’”hommes forts”. L’Afrique a besoin d’institutions fortes ».

Désolé d’avoir, une fois encore, à ennuyer le lecteur, je le salue cordialement !

Paris, le 22 septembre  2018

Godwin Tété

NOTA BENE : j’ai beau relire mes griffons, des coquilles m’échappent toujours. Je supplie donc mes correspondants de bien vouloir corriger mes articles avant de les dispatcher éventuellement !

Grand merci !

Godwin Tété

Share