Tete Godwin

« L’Homme véritable ne vit pas seulement de pain. L’Homme véritable vit aussi et surtout de Liberté et de Dignité »
Godwin Tété paraphrasant La Sainte Bible

« Fort heureusement, la démocratie ne sera jamais remplacée par la république des experts »

[Cf.Thomas Piketty, “Le Capital au XXIe siècle”. Ed. Seuil, Paris, 2014, p. 17]

Références : (i) Mon livre “Autopsie du Développement Pernicieux – Le Cas du Togo (1963-2013)”. Ed. L’Harmattan, Paris, 2013). (ii) Mon article inséré dans mon ouvrage “Peuples Africains, Prenons en main  notre Destin !” Ed. L’Harmattan, Paris, 2017, pp. 67-68. (iii) Mon bouquin “De la dialectique démocratie/développement en Afrique”. Ed. L’Harmattan, Paris, 2017. (iv) Mon livre “La Question nègre. Parlons-en encore”. Ed. L’Harmattan, Paris, 2013.

POSITION DU PROBLÈME

En octobre 1994, se tint à Delphes (Grèce), un Forum international portant sur le thème repris ici par le titre du présent article. À savoir, le Développement politique, économique, social et culturel des nouvelles nations dites du Sud ou du Tiers monde – nouvelles nations nées à la suite de la Seconde Guerre mondiale – ce développement devrait-il PASSER nécessairement par une INCONTOURNABLE DICTATURE, AUSSI « NATIONALISTE » SOIT-ELLE OU PLUTÔT ÊTRE SOUS-TENDU PAR LA DÉMOCRATIE AUTHENTIQUE ?

          J’ai, pour ma modeste part, exprimé plus d’une fois mon humble point de vue concernant cette Question oh ! combien cruciale pour les pays africains issus de la soi-disant « décolonisation ». [Voir les références susmentionnées]

Mais le débat s’avère loin d’être clos – notamment entre les lettrés de ces pays. Aussi m’apparaît-il nécessaire et utile qu’un Forum spécifiquement “panafricain” soit, dans les meilleurs délais possibles, réalisé, afin que nos Peuples sachent, une bonne fois pour toutes (!), à quoi s’en tenir… Lequel Forum se devrait de passer au peigne fin les Interrogations ci-après.

STRUCTURE DU DÉBAT ACTUEL À BÂTONS ROMPUS

          1. Définition adéquate, satisfaisante, du “Concept de Développement”

« Un problème bien posé est à moitié résolu »  (Francis Bacon). Alors, il me semble que la toute première chose à faire devrait consister à se donner une Idée très claire de ce que nous voulons comme Développement sur le Continent africain. À ce sujet, je vois personnellement le Développement comme l’Épanouissement physique, intellectuel, social et culturel harmonieux et total (!!!) de la communauté et des individus considérés. En somme, il s’agit de ce qu’on désigne aujourd’hui, au niveau de l’Organisation des Nations Unies, par l’expression “Développement Humain”.

2. La deuxième interrogation qui s’impose est celle-ci : Pourquoi donc, à l’heure présente, l’Afrique se trouve-t-elle au bas de l’échelle par rapport à des pays dits ÉMERGENTS qui, au sortir des hostilités de la Seconde Guerre mondiale, supportaient le même sort (!) que notre Continent quant au “Développement Humain” ?! J’ai cité la Chine, l’Inde, la Corée du Sud, l’Indonésie, Singapur, le Brésil, etc.

À cette question, des “cadres” africains répondent que ces pays appelés « émergents » se sont relativement développés à la faveur d’une dictature pure et dure. Ces “lettrés” insinuent ainsi par-là que l’Afrique aussi devrait subir une dictature de ce genre (!) si elle veut se développer. Dictature qui sacrifierait les générations actuelles pour le « bien-être » de celles à venir…

Mais d’abord, l’ex-Union Soviétique et tout le “Camp Socialiste” de l’Europe de l’Est s’étaient également développés grâce à la « Dictature du prolétariat », puis s’effondrèrent ainsi qu’un château de cartons. Dans le sillage de la chute du “Mur de Berlin” en 1989/1990.

S’agissant de la “Chine Populaire“, nous ne savons point jusques à quand le grand Peuple concerné tolérera sa « dictature du peuple ». En tout cas, n’oublions jamais (!) ce qui arriva en juin 1989 (!!!) sur la Place pékinoise baptisée TIANANMEN…

 

3. Quoi qu’il en soit, la QUESTION FONDAMENTALE EN LA MATIÈRE EST LA SUIVANTE : LA DICTATURE EST-ELLE NÉCESSAIRE, VOIRE INDISPENSABLE, INCONTOURNABLE ?!

Ma réponse personnelle est NON !!! En effet, existerait-il jamais ( !) un Démiurge qui aurait Prescrit de Sacrifier des générations d’Êtres humains au profit d’autres générations ?! S’il est exact que les DROITS DE LA PERSONNE HUMAINE sont dus à chaque ÊTRE HUMAIN, on ne voit pas très bien pourquoi telles générations devraient être immolées sur l’autel de telles autres générations.

Voilà la raison pour laquelle les marxistes-léninistes les plus orthodoxes (!) ont eux-mêmes, de propos délibéré, tordu le cou à la notion de « Dictature du Prolétariat » il y a déjà belle lurette. NON !!! LA DICTATURE N’EST NULLEMENT INCONTOURNABLE QUANT AU DÉVELOPPEMENT POLITICO-SOCIO-ÉCONOMIQUE.

En tout état de cause, l’Inde du Mahatma Gandhi aussi se développe, mais sans une dictature d’un âge antédiluvien ! L’Afrique réunifiée, dans une Fédération des “États Unis d’Afrique”, serait à même, sans aucun doute (!), de suivre un chemin similaire…

Farid Ameur  a parfaitement raison lorsqu’il écrit :

« Le régime américain est le premier exemple de fédéralisme appliqué. En somme, les États-Unis sont consacrés par des institutions libres et démocratiques. En 1791, l’adoption du Bill of Rights a même clairement garanti les libertés individuelles et publiques de chaque citoyen. Dans ces conditions, on comprend mieux pourquoi la jeune république a tôt fait figure de modèle aux yeux des réformistes européens désabusés par l’échec des mouvements libéraux de 1848. »

[Cf. “La Guerre de Sécession”, Ed. PUF, Paris, 2018, p. 10]

4. Au demeurant, au XXIe siècle, il n’existe au monde aucun peuple prêt à abdiquer les Droits de l’Homme, l’État de droit, la Démocratie, la Justice, l’Alternance au sommet du pouvoir politique, le Développement sociopolitique équitable, viable et durable !!! Bien au contraire, tous les peuples du monde aspirent de nos jours ardemment à un régime politique qui baigne dans la Démocratie, ainsi qu’à un Développement socio-économique qui repose sur « le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple ». (Abraham Lincoln). Qui repose sur une parfaite gouvernance qui seule libère toutes les énergies créatrices, toutes les potentialités humaines requises par le Développement en vue !!!

          C’est ce qui explique qu’en Afrique, les régimes politiques des Ahmed Sékou Touré, des Idi Amin Dada, des Jean-Bédel Bokassa, des Mouammar Kadhafi, des Mobutu Sese Seko, des Gnassingbé Eyadéma, des Moussa Traoré, des Mengistu Haïlé Mariam, des Ben Ali, des Hosni Moubarak, des Hissen Habré, etc et l’Apartheid ont été liquidés ou sont en voie de liquidation.

Oui ! L’homme ne vit pas seulement de « Croissance économique », mais aussi et surtout de Liberté et de Dignité !!!

          Alors, à ceux qui, à l’heure actuelle précise, rêvent d’un prétendu développement socio-économique sous-tendu par une hypothétique dictature « nécessaire », je ne peux, pour ma modeste part, que souhaiter du Courage !

*        *       *

J’ai encore dit… C’est mon humble opinion ! Je souhaite vivement (!) que les Africains de bonne volonté réalisent (!) un jour un FORUM y relatif.

*        *       *

Enfin, qu’il me soit permis de conclure que l’intellectuel(le) n’est pas (!) nécessairement bardé(e) de « diplômes ». L’intellectuel(le), c’est celui ou celle qui utilise son INTELLECT POUR CONTRIBUER À L’AMÉLIORATION DE “LA CONDITION HUMAINE”. Comme Socrate, Jean-Jacques Rousseau, André Malraux, comme notre truculent Marcus Mosiah Aurélius Garvey, comme Aimé Césaire, Frantz Fanon, Cheikh Anta Diop, Kwame (Francis) Nkrumah, etc.

Paris, le 1er octobre 2018

Godwin Tété

Share